Archive pour février, 2014

Biographie de Maupassant

Maupassant_2Henry-René-Albert-Guy de Maupassant , est un écrivain français né le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques et décédé le 6 juillet 1893 à Paris.Il fut très influencé par Flaubert ( écrivain français 1821-1880) il le considérait comme un père ou un mentor.  Six romans de Maupassant ont marqué la littérature française comme Une vie en 1883, Bel-Ami en 1885, Pierre et Jean en 1887-1888, et aussi par ses nouvelles.
Par sa maitrise stylistique et ces oeuvres réalistes, il retient l’attention et se fait connaitre encore aujourd’hui grâce aux adaptations cinématographique de ses œuvres.

De nos jours, les œuvres cinématographiques connues sont, Maupassant (1882) de Michel Drach, puis des séries ont été réalisées à partir des oeuvres de Maupassant et de sa vie comme Chez Maupassant datant de 2007 par Jacques Santamaria et Gerard Jourd’hui ou encore Au siècle de Maupassant: Contes et Nouvelles du XIXème siècle en 2009 par Gaelle Girre et Gerard Jourd’hui. Plus récemment, Bel-Ami de Declan Donnellan et Nick Ormerod de 2012. De nombreuse oeuvres cinématographique ont été réalisées d’après les romans ou nouvelles de maupassant ,comme Boule de suif (1945) ou la Mouche (1991).

 Biographie de Maupassant 36107

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |Pas de commentaires »

Les femmes au XIXème siècle

poster-movie-bel-ami-Nick-Ormerod-Declan-Donnellan-2012-www.lylybye.blogspot.comA travers ce roman on peut remarquer que les personnages féminins semblent se libérer, s’émanciper.
Elles trompent leurs maris sans état d’âme.
Madeleine Forestier est une femme déterminée et libre, elle a eu plusieurs maris, fume alors que la cigarette se veut traditionnellement réservée aux hommes, Madame de Marelle dit d’elle: « Elle fait tout. Elle est au courant de tout, elle connaît tout le monde sans avoir l’air de voir personne; elle obtient ce qu’elle veut, comme elle veut et quand elle veut. Oh ! Elle est fine, adroite et intrigante comme aucune, celle-là. En voilà un trésor pour un homme qui veut parvenir ». Femme qui tient à sa liberté et son indépendance, elle fera comprendre a Duroy ce qu’elle attend de lui lors de leur mariage:« Il faudrait que cet homme s’engageât à voir en moi une égale, une alliée, et non pas une inférieure et une épouse soumise ».
Les femmes ne répondent qu’à leurs envies et à leurs désirs et non aux croyances.
Clotilde de Marelle est pour ainsi dire le symbole de la femme libérée.
Elle profite de sa vie de femme en se faisant plaisir en ayant des amants puisque son mari est souvent absent.
Mais elle assume le fait d’être une mère, elle élève seule sa fille Laurine. Clotilde est clairement épanouie, elle est libre de ses choix, et de ses envies: » tu peut entrer ,mignonne.la petite fille parut ,alla droit à Duroy et lui tendit la main. la mère étonnée murmura :Mais c’est une conquète . »
Madame Walter est le stéréotype de la femme pieuse: » parce qu’elle n’aidait de son nom que les oeuvres entreprises par le clergé, [...]et la fete organisée par le journaliste prenait une sorte de singnification républicaine qui pouvait sembler anticléricale. »Elle est aussi maladroite dans ses paroles et dans ses geste. Pourtant fidèle à son mari elle le trompa avec Duroy: » C’est une femme pénible qui s’attache trop, selon Duroy, et facilement jalouse et paranoïaque.
Au XIX ème siècle, les femmes semblent vouloir s’exprimer, se libérer, s’émanciper et travailler même si le Code Napoléonien semble encore peser de tout son pied sur l’émancipation des femmes.
Mais elles parviennes à répondre à leurs envies comme Clotilde de Marelle qui profite pleinement de sa vie de femme épanouie et qui assume aussi le fait d’être mère.
Ainsi que Madeleine Forestier qui écrit des articles sous le nom de son mari tout comme Aurore Dupin qui prendra le pseudonyme masculin George Sand pour écrire et faire publier ses livre. Comme Madeleine elle était journaliste, romancière et dramaturge.
Maupassant décrit les femmes du XIXème siècle toutes différentes avec chacune ses idéaux.

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |Pas de commentaires »

Les femmes du roman

bel_ami_6Les femmes ont une grande importance dans Bel-Ami, en effet, George Duroy, réussit à monter l’échelle sociale grâce à elles: »Cinq femmes, cinq échelons ».
En leur faisant la cour ou en se mariant avec elles, Duroy se sert de leur position social ainsi que de leurs sentiments pour atteindre ses objectifs: « Toutes les femmes sont des filles, il faut s’en servir et ne rien leur donner de soi ».
Plusieurs femmes apparaissent tout au long du roman, mais les plus importantes sont : Madeleine Forestier,l’éducatrice du journalisme et de la politique; Clotilde de Marelle,la complice;Virginie Walter et sa fille Suzanne,victime de son ambition.
Toutes jouent un rôle plus ou moins important pour Duroy.
Sa première rencontre avec les femmes parisiennes fut lors d’une entrevue avec Rachel, une courtisane des Folies Bergères, ce fut la première à lui accorder de l’amour gratuit.
La première à jouée un rôle dans l’ascension sociale de Duroy est Madeleine Forestier, c’est elle qui va l’aider à devenir journaliste. Elle-même écrivaine elle lui prêtera sa plume.
Madeleine est la première « alliée » de Duroy mais aussi la seule de ses conquêtes à lui résister réellement. Pourtant au début c’est elle qui l’incite à faire la cour aux autres « grandes dames ».
Puis, Clotilde de Marelle, sûrement la seule femme qu’il aimera sincèrement,elle passe au dessus de son rang social pourtant bien inférieur au sien : »c’est que …chez moi… c’est…c’est bien modeste. Elle sourit. Ca ne fait rien. C’est vous que j’irai voir et non pas l’appartement. »
Elle ne put lui apporter l’aide dont il a besoin pour gravir les échelons de la société. Donc il n’officialisera jamais leur relation.
Malgré leurs disputes, Clotilde restera du début jusqu’à la fin amoureuse de Duroy.
Virginie Walter, la femme du directeur du journal, sera la troisième maîtresse de Duroy. « Il en tenait une, enfin, une femme mariée ! une femme du monde ! du vrai monde ! du monde parisien ! Comme ça avait été facile et inattendu ! »

Cependant il ne s’en servira que par intérêt. Il ne lui portera aucune affection particulière.
Son seul but est de la séduire suffisamment pour qu’elle influence son mari en sa faveur.
La dernière femme dont Georges Duroy se fera aimer est Suzanne Walter, la fille de Virginie, c’est la plus jeune de toutes et c’est sa dernière compagne « officielle ».
Au début, lorsqu’ils se rencontrèrent, ils devinrent amis.
La faciliter à discuter créera une amitié plutôt fraternelle. C’est Suzanne qui tombe amoureuse de Duroy et lorsqu’il divorce de Madeleine, elle lui déclare son amour.
Même si il ne l’aime pas, il l’épouse pour la position sociale qu’elle lui promet.
Mais lors du mariage Duroy pense déjà à sa maîtresse Clotilde: « sa pensée revint en arrière, et devant ses yeux éblouis par l’éclatant soleil flottait l’image de Mme de Marelle. »
Ainsi son amour envers ces femmes, sera principalement artificiel, son seul but étant d’arriver au sommet.

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |Pas de commentaires »

Bel-Ami, un héros.

81jaTmw-khL._SL1385_Tout d’abord, que serai un héros selon nous ?
Un héros, est un bel homme courageux, humble, protecteur, tolérant. A la fois ordinaire, qui prend des décisions difficiles, et qui est prêt à se sacrifier.
C’est aussi quelqu’un d’impartial, d’engagé, de droit et de téméraire.
Mais cette description peut-elle s’appliquer à Bel-Ami ?
Dans un registre épique, Maupassant écrit la biographie de son héros.
Il est donc le personnage principal du roman.
Dès le début du roman, Maupassant glorifie Georges Duroy (dit Bel-Ami).
En effet, Duroy avec son physique avantageux, « portait beau par nature ». Il concentre toute l’histoire sur lui seul.
Puis très vite, il se fait une place dans la société en entrant à La Vie française dès la première partie du roman.
Pourtant destiné à être un ouvrier miséreux; « on était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois. Cela représentait deux diners sans déjeuners, ou deux dejeuners sans diners au choix. » Il fait preuve de passion et de détermination pour y arriver, car ce n’était qu’un « ancien sous-officier ».
Cependant tout l’oppose aux héros courageux et serviables.
De caractère prétentieux, hautain et sûr de lui, il use des femmes: « Toutes les femmes sont des filles, il faut s’en servir et ne rien leur donner de soi »; et de l’argent pour arriver à ses fins.
Ainsi personnage diabolique, rusé et stratégique, il repousse toute compassion du lecteur: « Il jura. Ah bien! je vais la recevoir après-demain! Elle en passera un joli quart d’heure! » en parlant de Clotilde car elle lui avait fait l’aumône, ou bien: « Qui est-ce qui vous permet de parler? Filez ou je vous fais arreter. »; en parlant à Rachel, la courtisane qu’il avait convoité quelques jours auparavant.
Heureusement, certains actes de bravoures prouvent qu’il en est un.
Lorsqu’il accepte le duel lancé par Louis Langremont ou encore qu’il reste fidèle et loyal envers son ami Forestier lorsque ce dernier va mourir.
Certes il l’a fait par intérêt pour gagner le cœur de Madeleine, la femme de son ami.
Mais cela prouve aussi un courage et une témérité du héros à affronter des situations délicates et à en tirer à son avantage.
Sa position d’ancien soldat, d’ancien hussard suggère aussi, qu’il a pu sauver des vies, et qu’il s’est battu.
Tout au long du roman, il n’aimera réellement qu’une seule femme, mais il y renoncera pour atteindre son objectif premier, qui est de gravir les marches de la société.
Ainsi, malgré son égoïsme, il prouve une fois de plus qu’il est un héros en étant pas lache et en étant prêt à se sacrifier.
Mais tout bon héros à une faiblesse, et sa plus grande crainte est sa misère, son ancienne misère: »le coeur battant , l’esprit anxieux, harcelé surtout par la crainte d’etre ridicule. »
Enfin, on peut dire que Bel-Ami est un héros représentatif du XIX ème siècle.

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |Pas de commentaires »

Bel-Ami, qui est-il?

belamitnBel-Ami, roman de 1885 écrit par Maupassant, raconte l’histoire d’un ancien militaire venu à Paris pour un nouveau départ.
Se servant des femmes pour devenir journaliste, il parviendra à se hisser dans la haute société.

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |Pas de commentaires »

Bienvenue

Bienvenue sur le blog de Océane, Léa et Eva. 

 

Ce blog est consacré à notre TPE dont le sujet principal est Bel-Ami et son ascension grâce aux femmes. Il est notre support informatique de TPE.

Ainsi tout les articles de ce blog seront en relation avec notre problématique. De nombreux articles apparaîtront sur le blog afin de répondre à cette problématique. Des photos, des textes, des vidéos seront publiés.

Publié dans:Non classé |on 27 février, 2014 |1 Commentaire »

les poèmes de Suzon |
atout voyance |
Clausd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal De Lecture Othello
| Une Cerise à la Mer
| Tribulations et autres non-...